Qi Gong | Définition

Le mot Qi Gong (ou Chi Kung) est composé de deux idéogrammes chinois :

  • « Qi », qui se traduit par « souffle, énergie ».
  • « Gong », qui désigne tant le travail, le moyen utilisé, que la maîtrise, le but recherché.

Qi Gong signifie donc « le travail de l'énergie », aussi bien que la maîtrise de l'énergie.

Le Qigong est l’ancêtre de la gymnastique occidentale moderne. En effet, il a été historiquement prouvé que la fameuse "Gymnastique Suédoise" créée par Ling (1776-1839) qui a, par la suite, donné naissance à l’Hébertisme puis à l’Olympisme, n’est en réalité qu’une adaptation occidentalisée du « Cong-fou des Bonzes de Tao-Sseu » (ou plus simplement « Gymnastique Taoïste ») décrit par le révérend Père Amiot (1718-1793) dans son Mémoire sur les Chinois (Tome IV).

Il existe, en Chine, de multiples tendances de Qi Gong qui, actuellement, sortent peu à peu de l’ombre car elles furent longtemps interdites et considérées comme des superstitions religieuses. Ainsi il existe de multiples formes de Qi Gong Taoïste, de Qi Gong Bouddhiste, de Qi Gong Confucianiste, de Qi Gong animiste, de Qi Gong martial, de Qi Gong familial, de Qi Gong médical…

Comme pour le Kung Fu Wushu (Art martial Chinois Traditionnel), on dénombre plus de quatre cents styles et de milliers d’écoles possédant toutes leurs caractéristiques.

Le Qi Gong médical contient des indications particulières et précises ainsi que des contre-indications spécifiques. Il ne doit être pratiqué que sur les conseils précis d’un thérapeute compétent. Le Qi Gong d’entretien de la santé, s’il est bien enseigné, peut, par contre, être pratiqué par tous et à tout âge. Afin d’en tirer le maximum de bénéfice mieux vaut ne pas attendre d’avoir dépassé la soixantaine pour entreprendre sa pratique.

Les « Arts martiaux » internes, comme le Taiji Quan (Tai Chi Chuan) ou externes, comme le Shaolin Quan et les multiples écoles qui en sont issues, lorsqu’ils sont bien enseignés et pratiqués, contiennent les antiques secrets du véritable Qi Gong contenus et dissimulés depuis parfois des siècles dans les enchainements (Tao, Doan, Lu…). Ils comportent également, en préparation, diverses formes anciennes de « Gymnastiques de santé » d’origine taoïste ou bouddhiste.

Dans la conception traditionnelle chinoise, l'homme ne se limite pas à de la matière et à un corps mais comprend également une composante énergétique. L'un des postulats de la médecine traditionnelle chinoise est que lorsque la circulation du Qi est bonne, la santé l'est également, et que, inversement, lorsque le Qi stagne, alors les maladies apparaissent.

Le Qi Gong va donc s'attacher à une mise en circulation harmonieuse du Qi à travers les différents systèmes du corps.

Les exercices de Qi Gong, tels qu'il sont conçus et pratiqués en occident, sont essentiellement préventifs et constituent une pratique de bien-être physique et mental.
En Chine, il est également pratiqué dans les hôpitaux en tant que branche thérapeutique à part entière (au même titre que la pharmacopée ou l'acupuncture) de la médecine traditionnelle chinoise, et va, dans ce cadre, permettre, non seulement une amélioration générale de la condition physique et physiologique, mais également de traiter des affections chroniques ou aigues.

Il est important de noter que, dans le cadre médical chinois et dans sa version thérapeutique, le type précis d' exercices de Qi Gong prescrits au malade feront suite à un diagnostic établi par un médecin diplômé et qu'il faut donc se méfier des assertions présentant le Qi Gong comme une panacée (au sens étymologique du terme). De plus, l'obtention de résultats repose sur une pratique soutenue des exercices prescrits (2 heures par jour au minimum).
Enfin, selon l'âge, la profession, la condition physique et mentale du patient, le protocole et le type de Qi Gong prescrits sont différents.